Montage créé avec bloggif
 
 
Les publicités présentes sur ce site wiféo sont indépendantes de notre volonté.
Merci à vous de le comprendre.
LES COMMANDEMENTS DE DIEU SONT VOTRE PASSEPORT POUR LE CIEL.



 
                                             Comment peut-on sauver notre âme ?

 Aux enfants de Fatima la VIERGE MARIE a dit que les hommes doivent cesser d’offenser Dieu et faire pénitence. 

«Beaucoup de personnes», a expliqué Sœur Lucia, «ont le sentiment que le mot pénitence implique de grandes austérités, et non pas le sentiment qu’elles ont la force pour de grands sacrifices, se découragent et continuent une vie de tiédeur et de péché ». Puis elle a dit que Notre Seigneur lui a expliqué : «Le sacrifice exigé de toute personne est l’accomplissement de ses devoirs dans la vie et le respect de ma loi. Ceci est la pénitence que je cherche et exige maintenant».
 

Les cinq demandes de Notre Dame :

 1/ La pénitence, le mot pénitence signifie une conversion de sa vie, se détourner du péché, et un retour à Dieu. Comme Notre-Dame de Fatima a insisté : «Les hommes doivent modifier leur vie, et demander pardon pour leurs péchés. Ils ne doivent plus offenser Notre Seigneur, qui est déjà tellement offensé…».

DEMANDER PARDON EN SE RENDANT AU SACREMENT DE LA CONFESSION.

 

2/ la prière, Le Rosaire est essentiellement une prière évangélique, et pour ceux qui le prient correctement, il est, comme l’a dit Sœur Lucia, « une méthode simple de se rapprocher de Dieu ». Mais pour prier , il faut que chaque décade soit bien une méditation sur certains aspects des mystères joyeux, douloureux ou glorieux de notre rédemption. Sans la méditation, le Rosaire deviendrait une répétition monotone.

Sœur Lucia : Avec le Saint Rosaire, nous nous sauverons. Nous nous sanctifierons. Nous consolerons Notre Seigneur et obtiendrons le salut de beaucoup d’âmes».

3/ La dévotion à SON Cœur Immaculé : Prière de CONSÉCRATION AU CŒUR IMMACULÉ DE MARIE

4/ la Communion de réparation le premier samedi de chaque mois .

Communions de réparation : «Ma fille, regardez mon Cœur entouré d’épines que les hommes ingrats percent à chaque instant par leurs blasphèmes et ingratitudes. Voudriez–vous au moins essayer de me consoler et annoncer dans le monde en mon nom que je promets d’assister à l’heure de la mort avec les grâces nécessaires pour le salut, tous ceux qui, le premier samedi de cinq mois consécutifs, iront se confesser et recevoir la Sainte Communion, réciteront le chapelet et me tiendront compagnie pendant 15 minutes tout en méditant sur les mystères du Rosaire avec l’intention de faire une réparation pour moi».

5/Porter SON scapulaire brun.


Ceux qui portent pendant toute la vie et meurent avec lui ne connaîtront pas les flammes éternelles et seront libérés par Moi du Purgatoire le samedi qui suit le jour de leur mort.

Au cours du magnifique miracle du soleil, Notre Dame est apparue pour la dernière fois, tenant l’Enfant Jésus dans ses bras comme Notre-Dame du Mont Carmel. Dans sa main droite, elle tendit le Scapulaire au monde, demandant à ses enfants de le porter comme un signe de consécration à son Cœur Immaculé.

Comme nous pouvons le voir, l’ensemble du message de Fatima est rempli de dévotion au Cœur Immaculé de Marie ; il était donc tout à fait naturel pour Notre-Dame de nous donner un signe de son Cœur Immaculé.

Le Scapulaire est donc notre contrat personnel avec Notre-Dame qui signifie que nous appartenons à son Cœur Immaculé. Cela fait du Scapulaire notre bouclier contre les tentations du diable et toutes les choses du monde. Il est le saint vêtement de Notre-Dame, qui veille et protège tous ceux qui le portent pieusement.

Source de cet article : https://foicatholique.me/devotion-a-la-sainte-vierge/notre-dame-de-fatima-plaidoyer-pour-le-sacrifice

Les promesses de la Vierge MARIE concernant le scapulaire brun voir à cette page , ( cliquez sur le mot page )


Comment peut-on  avoir l’assurance de notre  salut .


Comment pouvez-vous avoir l’assurance du salut ? Lisez 1 Jean 5.11-13 : « Or, voici ce témoignage : Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie, celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie. Je vous ai écrit cela, à vous qui croyez au nom du Fils de Dieu, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle. » Qui a le Fils ? Celui qui croit en lui (Jean 1.12). Si vous avez Jésus, vous avez la vie, non temporelle, mais éternelle.

Dieu veut que nous ayons l’assurance de notre salut. Nous ne devons pas mener nos vies chrétiennes en nous interrogeant et en doutant tous les jours de notre salut. C’est pourquoi la Bible nous expose si clairement le plan du salut : croyez au Seigneur Jésus et vous serez sauvés (Jean 3.16, Actes 16.31). « Si tu reconnais publiquement de ta bouche que Jésus est le Seigneur et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité, tu seras sauvé. » (Romains 10.9)

 

NOUS DEVONS NOUS RENDRE AU SACREMENT DE LA CONFESSION !

Vous êtes-vous repenti de vos péchés ? Croyez-vous que Jésus est mort pour vos péchés et ressuscité (Romains 5.8, 2 Corinthiens 5.21) ? Avez-vous mis votre confiance en lui seul pour votre salut ? Si la réponse est oui, alors vous êtes sauvés ! L’assurance signifie l’absence de doute. En prenant la Parole de Dieu à cœur, vous n’avez plus aucun doute au sujet de votre salut éternel.

Jésus lui-même déclare à ceux qui croient en lui : « Je leur donne la vie éternelle. Elles ne périront jamais et personne ne pourra les arracher à ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous et personne ne peut les arracher à la main de mon Père. » (Jean 10.28-29) La vie éternelle est... éternelle ! Personne, pas même vous-même, ne peut vous priver du don fait par Dieu du salut en Christ.


Avant toute chose, nous devons nous mettre en règle avec DIEU.

Pour mettre en règle notre relation avec Dieu, nous devons d’abord reconnaître notre péché, puis le confesser humblement à Dieu (Ésaïe 57.15). « C’est avec bouche que l’on affirme une conviction et parvient au salut. » (Romains 10.10)

Cette repentance doit être accompagnée par la foi. Plus spécifiquement, il faut croire que la mort sacrificielle et la résurrection miraculeuse de Jésus-Christ lui donnent le pouvoir de nous sauver. « Si tu reconnais publiquement de ta bouche que Jésus est le Seigneur et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité, tu seras sauvé. » (Romains 10.9) Plusieurs autres passages parlent de la nécessité de la foi, notamment Jean 20.27, Actes 16.31, Galates 2.16. 3.11, 26 et Éphésiens 2.8.


Le vrai chrétien qui vit par la foi en Jésus !

Le vrai chrétien devenu enfant de Dieu qui vit par la foi en Jésus n'éprouve pas de terreur à se présenter à la porte du Ciel. Il sait aussi que la présence de Jésus le bon Berger, ses soins et sa miséricorde l'accompagneront toujours.
Au reste, le vrai croyant en Jésus n'attend pas la mort, mais il attend le Seigneur Jésus-Christ Lui-même, son Sauveur qui vient bientôt chercher tous ceux qui Lui appartiennent, pour les faire entrer dans Sa gloire. Alors vivons réellement dans cette attente, en nous réjouissant, mais aussi en pensant à la joie du Seigneur rassemblant enfin ceux qu'il aime.



Après le repenti sincère de nos péchés .

Ayons confiance en la Miséricorde Divine.

Qu’a dit Jésus à Sœur Faustine ( cliquez sur Soeur Faustine )


Que les plus grands pécheurs mettent leur espoir en ma miséricorde. Ils ont droit avant tous les autres, à la confiance en l'abîme de ma miséricorde. Ma fille, écris sur la miséricorde pour les âmes tourmentées. Les âmes qui s'adressent à ma miséricorde me réjouissent. A de telles âmes, j'accorde des grâces bien au-dessus de leurs désirs. Je ne peux punir même le plus grand pécheur s'il invoque ma pitié, mais je l'excuse en mon insondable et inconcevable miséricorde. Ecris : Avant de venir comme Juge équitable, j'ouvre d'abord toutes grandes les portes de ma miséricorde. Qui ne veut pas passer par la porte de ma miséricorde, doit passer par la porte de ma justice… (1146)

Ma fille, écris que plus grande est la misère, plus elle a droit à ma miséricorde, et incite toutes les âmes à la confiance en l'inconcevable abîme de ma miséricorde, car je désire les sauver toutes. La source de ma miséricorde a été largement ouverte par la lance sur la croix pour toutes les âmes – je n'ai exclu personne. (1182)

Je ne suis qu'amour et miséricorde ; il n'y a pas de misère qui puisse se mesurer à ma miséricorde, ni de misère qui puisse en venir à bout puisqu'au moment de se communiquer – ma miséricorde s'amplifie. L'âme qui fait confiance à ma miséricorde est la plus heureuse car je prends soin moi-même d'elle. (1273)




 Sainte Thérèse de Lisieux disait ceci:

Sainte Thérèse :


Jésus ne demande pas de grandes actions, mais seulement l’abandon et la reconnaissance (MsB 1v°).

Ce qui lui plaît (au Bon Dieu) c’est de me voir aimer ma petitesse et ma pauvreté, c’est l’espérance aveugle que j’ai en sa miséricorde… Voilà mon seul trésor. (LT 197 r° à Sr Marie du Sacré-Cœur, 17 septembre 1896).

C’est la confiance et rien que la confiance qui doit nous conduire à l’Amour. (Ibid. v°)

Au verso d’une image, la dernière qu’elle ait peinte et qu’elle envoie quelques semaines plus tard à l’Abbé Bellière (août 1897), Thérèse écrit : Je ne puis craindre un Dieu qui s’est fait pour moi si petit…je l’aime ! … car Il n’est qu’amour et miséricorde. (LT 266).
>

( Voir les différentes pages plus bas )

Les publicités présentes sur ce site wiféo sont indépendantes de notre volonté.
Merci à vous de le comprendre.
  ---------------------------



Créer un site
Créer un site